Les Maraudeurs apprécient la rivalité avec Ohio State au volleyball masculin

Les Maraudeurs apprécient la rivalité avec Ohio State au volleyball masculin

Par Kaitlin Jingco, correspondante de volleyball masculin U SPORTS

 

C'était le 30 décembre, et le campus de McMaster était froid, sombre et aussi inanimé qu'on pourrait s'y attendre pour un vendredi soir durant la pause des vacances. Cependant, contrairement au reste du campus, le gymnase de Burridge était plein, avec une file devant la porte, de personnes désireuses d’être témoin de l'histoire des Maraudeurs.

 

L’enthousiaste foule de plus de 2 250 personnes était sur le campus fermé pour voir l'équipe masculine de volleyball de McMaster faire face aux champions en titre de la NCAA, les Buckeyes d’Ohio State.

 

Bien que certains trembleraient à l’idée de faire face à l’équipe de volleyball numéro un des États-Unis, lorsque, il y a quelques années, l'entraîneur-chef de McMaster Dave Preston, avait rencontré l'entraîneur-chef des Buckeyes, il avait proposé ces parties amicales pour les occasions d’apprentissage qu’elles présentent.  

 

« (Ohio State) a remporté deux championnats nationaux au cours des cinq dernières années,» dit Preston. «Ils sont extrêmement talentueux et ils sont extrêmement bien entraînés. Chaque fois que vous jouez contre une équipe comme ça, c'est un bonus. »

 

Preston peut louer le bilan des Buckeyes, mais ce n'est pas comme si l’armoire à trophées de son équipe était vide.  Au niveau provincial, les Maraudeurs ont remporté les quatre derniers championnats consécutifs du SUO.  À l'échelle nationale, ils ont fini au deuxième rang du classement U SPORTS l'année dernière et au troisième en 2014 et 2015.

 

Ce qui a également eu lieu en 2014 a été le début de la rivalité McMaster-Ohio State. Leur premier match d'exhibition a eu lieu en octobre de cette année là, dans l'Ohio, où les Marauders ont subi une série de deux défaites en deux soirs.  En 2015, les Marauders se sont à nouveau déplacés en Ohio, cette fois-ci pour remporter les deux matchs d’exhibition disputés deux soirs de suite par des scores de 3-2 et 3-1.

 

Mais en décembre dernier, pour le bris d'égalité, ce sont les Marauders qui avaient l'avantage du terrain.  Devant une salle comble, McMaster a balayé les champions de la NCAA trois jeux à zéro.

 

« Lorsque nous avons remporté ce dernier point, » dit Andrew Richards, un joueur de troisième année des Marauders, « nous avons pu voir non seulement nos familles, mais tout le monde dans les gradins; c’était plein.  C'était une expérience formidable.  Quand j’aurai 90 ans, je raconterai un jour à mes petits-enfants le temps où nous avons joué contre Ohio State dans notre propre gymnase. »

 
 

En pensant à cette incroyable nuit de décembre, Richards salue le travail acharné de ses entraîneurs et la longue liste de membres du personnel de soutien qui ont donné les outils nécessaires à l'équipe pour vaincre les champions américains. De plus, l’étudiant en communications crédite l'équipe de marketing de McMaster d’avoir capitalisé sur la rivalité amicale pour remplir le gymnase, créant une atmosphère qui lui a donné «des papillons».

 

Preston explique que, bien que la victoire et l’atmosphère étaient « ce dont (les étudiants-athlètes) rêvent», sur un plan plus pratique, la partie a permis d’identifier les éléments sur lesquels son équipe doit travailler pour réussir en saison régulière.

 

« Tout ce que nous ne faisions pas vraiment bien, Ohio State l’a exposé très rapidement, » a dit Preston.  « Le match a été extrêmement bénéfique. »

 

Dans les années à venir, il espère continuer à faire face aux Buckeyes chaque fois que c'est possible.

 

« Aussi souvent que notre calendrier le permettra, nous allons essayer de continuer à le faire, » dit-il.  « Il y a beaucoup de positif. »

 

Alors que Richards est d'accord avec son entraîneur que ces parties contre Ohio State sont avantageuses en pleine saison régulière U SPORTS, l’athlète âgé de 20 ans ne peut s'empêcher de voir ces matchs comme faisant partie de quelque chose de plus grand.

 

« Le premier jour où nous sommes rentrés des vacances de Noël et nous avons vu le drapeau des États-Unis accroché (dans le gym) ... parce que Ohio venait jouer, c'était une chose vraiment spéciale pour plusieurs,» dit Richards. « N'importe quelle occasion qui vous est donnée, non seulement de représenter votre école mais de représentent un drapeau, c'est assez spécial. »

 

Le joueur de volleyball explique qu'il y a beaucoup d'opinions concernant les sports canadiens et américains, et que plusieurs penchent vers les États-Unis comme étant le meilleur producteur de sport de qualité.

 

Mais, en prenant la démonstration des Maraudeurs contre les Buckeyes comme exemple, Richards pense que, du moins dans le sport du volleyball masculin, les Canadiens méritent beaucoup plus de crédit.

 

« (Ces matchs) permettront aux gens de voir à quel point le volleyball canadien est fort», dit-il. « Nous aimons jouer dans notre ligue U SPORTS, et (ces matchs font) une bonne impression, car ils démontrent que ce que nous avons ici au Canada est quelque chose de spécial. »

 

« Dans le sport du volleyball masculin, » reconnaît Preston, « les meilleures équipes au Canada peuvent jouer avec les meilleures équipes aux États-Unis ... Nous pouvons rivaliser avec les meilleurs des meilleurs. »

45 Vogell Road Suite 701 | Richmond Hill, Ontario, Canada | L4B 3P6 | TEL: 905-508-3000 | FAX: 905-508-4221

CONTACTEZ-NOUS | Protection des renseignements personnels